♥♥ [J’ai lu] Ma sœur, serial killeuse

#avispolar

Autrice : Oyinkan BRAITHWAITE
Parution : Février 2019 • Éditeur : Delcourt littérature
Genre : Roman noir • Pages : 244

•••••

Pour ma première participation dans le club sang de Bepolar, j’ai eu le plaisir de recevoir ce roman. Je remercie infiniment Sarah et les éditions Delcourt Littérature pour cette première expérience de lire un roman d’une autrice nigérienne.

… Mon avis …

J’ai hâte de découvrir l’adaptation tirée de ce roman car c’est un roman assez caustique. Nous découvrons trois personnalités de femmes nigériennes. Korede, la narratrice du roman et la sœur ainée de Ayoola, une fainéante qui ne vit que pour son apparence et la mère qui n’a d’yeux que pour la cadette.

Dans ce roman, j’ai découvert la corruption envers les personnes fortunées. La différence des classes sociales et certaines coutumes familiales et culinaires. Un tableau noir de la vie à travers ces lignes.

Les deux sœurs sont vraiment opposées. L’une est quelconque et l’autre est superficielle mais elle fait craquer tous les hommes. L’une à un travail en tant qu’infirmière et l’autre passe son temps sur le canapé et les réseaux sociaux comme si de rien n’était. Pourtant elle a tué ses trois amants. La seule qui essaye de la faire raisonner sur le fait qu’elle se fasse discrète est Korede qui veut la protéger mais Ayoola, est juste une personne sans jugeote et irrespectueuse de tout et de tous. La mère elle, veut absolument que ses filles se marient. Quand Ayoola, la chasseuse d’hommes, est courtisée par le médecin que sa sœur côtoie tous les jours, leur mère est aux anges. Korede est prête à faire disparaitre les corps des amants de sa sœur mais elle ne souhaite pas que sa sœur s’en prenne à Tade. Korede ne le voit pas d’un très bon œil, elle aime ce médecin, alors pour apaiser ses péchés et son amour transi, elle se confie à Muhtar, un patient dans le coma

Un roman assez prenant dans l’attente de savoir si le patient va se réveiller et avouer les crimes et la complicité de Korede, si Tade va mourir, et si la mère va enfin comprendre et ouvrir les yeux sur l’attitude de ses filles.

Ce qui m’a chagriné pendant ma lecture c’est que je n’ai pas appris à connaitre Ayoola, à part qu’elle a l’air superficielle et passe pour une sainte auprès de tout le monde,  pourquoi tue-t’-elle avec le couteau de son défunt père ? Sont-ce les liens paternels de brutalité qui ressurgissent envers la gente masculine quand Ayoola tue ? Est-ce une sociopathe ?  Je n’ai pas compris non plus pourquoi Korede ne prenait pas son envol pour s’éloigner de ces personnes toxiques, sa sœur comme sa mère qui la traine pas mieux que la bonne. Elle a les moyens pourtant, elle travaille. Est-ce une coutume de rester sous le même toit que sa famille ?

Après ma lecture je reste indécise sur le fait qu’il me manque beaucoup d’éléments non élucidés et que la police ne cherche pas plus loin alors qu’il y a des éléments qui pousseraient à chercher. Problème de moyens ? Vous comprenez pourquoi j’ai hâte de voir l’adaptation de ce roman. J’aurai peut-être des réponses.

Un roman où je ne me suis pas sentie totalement embarquée. Pourtant les critiques sont élogieuses. En plus, il y a déjà l’adaptation de prévue alors, suis-je passée à côté ?

J’ai quand même apprécié les chapitres qui sont très courts sur un mot précis de Korede. La plume est fluide, je dis chapeau à la traductrice car certains mots sont restés en nigérien dans le texte , pour accentuer le lieu, l’emprise ?

Il y a un fil conducteur sur les angoisses de la vie de la narratrice et le besoin de protection de la famille. J’ai trouvé astucieux de ne pas faire de Korede la tueuse en série car elle, elle aurait des alibis, c’est ce qui m’a troublé dans ce roman.

Un roman noir sur les liens du sang

qui vous laisse un goût amer à la fin.

Note : ♥♥♥♥♥

Ma soeur serial killeuse… De quoi ça parle …

Quand l’esprit de famille pousse à l’extrême..
Korede s’est donné pour mission de protéger sa cadette envers et contre tout, et ce n’est pas une mince affaire. Non contente d’être la plus belle et la favorite de leur mère, Ayoola a aussi la fâcheuse habitude de tuer ses amants. Ainsi, au fil du temps, Korede est devenue experte pour faire disparaitre les traces de sang et les cadavres. « Seulement, avec Femi, ça fait trois. Et à trois, on vous catalogue serial killer… »
A l’instar dune Jane Austen des temps modernes Oyinkan Braithwaite interroge les liens du sang, tout en pratiquant une critique en règle de la société nigériane: sa corruption, ses différence de classe, son machisme exacerbé…
Une comédie noire et décalée, aussi mordante que glaçante.

Si vous êtes intéressés par cette lecture voici les liens :
Amazon : Amzn.to/2NINAuK (Ebook) • Amzn.to/2C2iwSa(Poche)

À bientôt.

cropped-screenshot_20180618-145515554939271.jpg

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s